Disque Rossini Cover.jpg

ARIETTES A L'ANCIENNE

French songs

ROSSINI  

 

Melody Louledjian

Giulio Zappa

KLARTHE RECORDS - 2022

 

Producteur

ARTS ET MUSIQUE EN PROVENCE

"La voix chaude et ductile de Melody Louledjian caractérise superbement ces mélodies, avec l’accompagnement spirituel de Giulio Zappa. Un très beau disque."

Thierry Vagne - Musique classique & Co

Diapason_(magazine).png

I N T E R V I E W

2022_04_Diapason_MelodyLouledjian.png

LISTEN to the ALBUM

Ariette à l'ancienne

Pompadour, la Grande Coquette

 

Thierry Vagne - Musique classique & Co

"La voix chaude et ductile de Melody Louledjian caractérise superbement ces mélodies, avec l’accompagnement spirituel de Giulio Zappa. Un très beau disque."

"Melody Louledjian's warm, ductile voice characterizes these melodies superbly, with witty accompaniment by Giulio Zappa, a beautiful record."
 

https://vagnethierry.fr/peches-de-vieillesse-vocaux-de-rossini-par-melody-louledjian/

"J'avais été séduit par le précédent disque de la soprano française Melody Louledjian consacré à un bouquet de fleurs de compositeurs français. Elle se consacre ici à des Chansons françaises de Rossini, accompagnée par le pianiste italien Giulio Zappa.

Ces mélodies sont celles d’un compositeur presqu’à la retraite, un peu comme Sibelius : Rossini (1792-1868) abandonne l’opéra après Guillaume Tell en 1829. Mais contrairement au finlandais, il continuera à produire de nombreuses compositions jusqu’à sa mort dans sa maison de Passy, comme la Petite messe solennelle ou les Péchés de vieillesse.

Comme chez Mozart, on sent souvent le drame derrière la légèreté ou la fantaisie à l’écoute de ces 15 pièces.
Les deux premières Ariettes sur le même texte de Jean-Jacques Rousseau montrent déjà la sophistication de la ligne de chant et la richesse de l’accompagnement pianistique.
On notera des textes d’Emilien Pacini, librettiste français d’origine italienne (décidemment !) qui écrivit notamment la version française du Trouvère. On voyage du Tyrol à ¨Pékin en passant par l’Espagne. L’accompagnement d’Amour sans espoir fait penser au début de la Petite messe solennelle. Ce n’est décidemment pas « bouffe » : Au chevet d’un mourant, Adieux à la vie (avec une partie de piano prépondérante, parfois quasi schubertienne), L’âme délaissée...

Mais tout n’est pas triste dans ce récital si bien varié : la malicieuse Grande coquette ou la Chanson du bébé qui fait caca…

La voix chaude et ductile de Melody Louledjian caractérise superbement ces mélodies, avec l’accompagnement spirituel de Giulio Zappa, le tout étant très bien capté.

Un très beau disque."

"I had been seduced by the previous disc of the French soprano Melody Louledjian devoted to a bouquet of flowers by French composers. Here she devotes herself to French songs by Rossini, accompanied by the Italian pianist Giulio Zappa.

These melodies are those of a composer almost retired, a bit like Sibelius: Rossini (1792-1868) abandoned opera after Guillaume Tell in 1829. But unlike the Finn, he continued to produce numerous compositions until his death in his house in Passy, such as the Petite messe solennelle and the Péchés de vieillesse.

As with Mozart, one often feels the drama behind the lightness or the fantasy when listening to these 15 pieces.

The first two Ariettes on the same text by Jean-Jacques Rousseau already show the sophistication of the vocal line and the richness of the piano accompaniment.

One will note texts of Emilien Pacini, French librettist of Italian origin (decidedly!) who wrote in particular the French version of Le Trouvère. One travels from Tyrol to ¨Peking while passing by Spain. The accompaniment of Love without hope makes think of the beginning of the Small solemn mass. It is definitely not "bouffe": At the bedside of a dying man, Farewell to the life (with a preponderant part of piano, sometimes quasi Schubertian), The forsaken soul...

But not everything is sad in this recital so varied: the mischievous Grande coquette or the Chanson du bébé qui fait caca...

Melody Louledjian's warm and ductile voice characterizes these melodies superbly, with the spiritual accompaniment of Giulio Zappa, the whole being very well captured.

A very beautiful record."

 

​Bernardo Gaitán - OperaWorld

"Sin lugar a dudas este nuevo álbum se convierte en un material referencial para los amantes de Rossini."

"Undoubtedly, a reference material for Rossini lovers."

"Sans aucun doute, une référence pour les amateurs de Rossini."

 

https://www.operaworld.es/ariettes-a-lancienne-de-rossini-un-nuevo-cd-de-referencia-de-melody-louledjian-y-giulio-zappa/

"El repertorio rossiniano es digno de estudiarse a profundidad por la cantidad de matices y variables en cada uno de los periodos artísticos del músico nacido en Pesaro en 1792.

Gioacchino Rossini, compositor belcantista por excelencia dedicó el último periodo de su vida a componer pequeñas piezas sueltas para diferentes y pequeños orgánicos, la gran mayoría de estas joyas en italiano para voz y piano. Algunos de estos “pecados de la vejez” o como los llamó el proprio compositor originalmente: Péchés de vieillese, son muy famosos y otros, evidentemente, no. Dentro de todas las piezas que desgraciadamente han caído en el olvido hay algunas escritas en francés y que por fortuna, una talentosa pareja artística ha rescatado para inmortalizarlas y difundirlas en un nuevo disco.

El álbum Ariettes à l’ancienne recoge 15 piezas estrictamente en lengua francesa interpretadas por la soprano francesa Melody Louledjian, acompañada del connotado pianista Giulio Zappa. La prolífica etiqueta discográfica francesa Klarthe ha hecho posible el fruto de la colaboración de más de una década entre ambos artistas europeos, quienes se conocieron durante la producción de una ópera de Rossini en el Grand Théâtre de Bordeaux. 

Dentro de las curiosidades del cd encontramos ‘La Légende de Marguerite’ que no es otra cosa que el aria de La Cenerentola ‘Una volta c’era un re’ con unas mínimas variaciones. O la simpática ‘La chanson du bébé’, que narra el sufrimiento de un bebé hambriento que se lamenta ante sus papás por un poco de comida.

La voz de Louledjian es siempre constante y amena. Además su pronunciación perfecta y su color son idóneos para este tipo de repertorio. Por otra parte, la notoria experiencia de Zappa al teclado enriquece la experiencia musical. Juntos hacen una sólida dupla, evidente sobre todo en momentos de agilidad y musicalidad como ‘La petite bohémienne’, donde los matices del pianista italiano se suman a las agilidades vocales con resultados más que positivos. 

Una característica típica del belcanto son los grupos de notas en staccato con ligadura, que el pianista originario de Monza ejecutó con maestría, mientras que la soprano con orígenes armenios impregnó de pasión los temas que así lo ameritan, en particular la ‘Ariette à l’ancienne’, pieza que da título al disco.
Sin lugar a dudas este nuevo álbum –también disponible en plataformas digitales– se convierte en un material referencial para los amantes de Rossini, pues una gran parte de la tracklist es material inédito o muy difícil de conseguir tanto de manera audiovisual como en partitura."

 

"Rossini's repertoire is worth studying in depth because of the many nuances and variables in each of the artistic periods of the musician born in Pesaro in 1792.

Gioacchino Rossini, bel canto composer par excellence, dedicated the last period of his life to compose small single pieces for different and small organs, the great majority of these jewels in Italian for voice and piano. Some of these "sins of old age" or as the composer himself originally called them: Péchés de vieillese, are very famous and others, evidently, not. Among all the pieces that have unfortunately fallen into oblivion there are some written in French and that fortunately, a talented artistic couple has rescued to immortalize and disseminate them in a new album.

The album Ariettes à l'ancienne collects 15 pieces strictly in French performed by French soprano Melody Louledjian, accompanied by the renowned pianist Giulio Zappa. The prolific French record label Klarthe has made possible the fruit of more than a decade of collaboration between the two European artists, who met during the production of a Rossini opera at the Grand Théâtre de Bordeaux. Ariettes Louledjian Zappa. Among the curiosities of the cd we find 'La Légende de Marguerite' which is nothing more than the aria from La Cenerentola 'Una volta c'era un re' with some minor variations. Or the sympathetic 'La chanson du bébé', which narrates the suffering of a starving baby wailing to his parents for a little food.

Louledjian's voice is always constant and pleasant. In addition, his perfect pronunciation and color are ideal for this type of repertoire. On the other hand, Zappa's notorious experience at the keyboard enriches the musical experience. Together they make a solid duo, especially evident in moments of agility and musicality such as 'La petite bohémienne', where the Italian pianist's nuances are added to the vocal agilities with more than positive results. Ariettes Louledjian Zappa

A typical characteristic of bel canto are the groups of notes in staccato with ligature, which the pianist from Monza executed with mastery, while the soprano with Armenian origins impregnated with passion the themes that merit it, in particular the 'Ariette à l'ancienne', the piece that gives the title to the album.

Undoubtedly, this new album -also available on digital platforms- becomes a reference material for Rossini lovers, since a large part of the tracklist is unpublished material or very difficult to obtain both in audio-visual form and in score."

 

"Le répertoire de Rossini mérite d'être étudié en profondeur en raison des nombreuses nuances et variables de chacune des périodes artistiques du musicien né à Pesaro en 1792.

Gioacchino Rossini, compositeur bel canto par excellence, a consacré la dernière période de sa vie à la composition de petites pièces uniques pour différents et petits orgues, la grande majorité de ces bijoux en italien pour voix et piano. Certains de ces "péchés de vieillesse", comme le compositeur lui-même les appelait à l'origine : Péchés de vieillesse, sont très célèbres et d'autres, évidemment, pas. Parmi toutes les pièces qui sont malheureusement tombées dans l'oubli, il y en a certaines écrites en français et qu'heureusement, un couple d'artistes talentueux a sauvé pour les immortaliser et les diffuser dans un nouvel album.

L'album Ariettes à l'ancienne rassemble 15 pièces strictement francophones interprétées par la soprano française Melody Louledjian, accompagnée par le célèbre pianiste Giulio Zappa. La prolifique maison de disques française Klarthe a rendu possible le fruit de plus d'une décennie de collaboration entre les deux artistes européens, qui se sont rencontrés lors de la production d'un opéra de Rossini au Grand Théâtre de Bordeaux.

Parmi les curiosités du CD, citons "La Légende de Marguerite", qui n'est autre que l'air de La Cenerentola "Una volta c'era un re" avec quelques variations mineures. Ou encore la sympathique "chanson du bébé", qui raconte la souffrance d'un bébé affamé réclamant à ses parents un peu de nourriture.

La voix de Louledjian est toujours constante et agréable. De plus, sa prononciation parfaite et sa couleur sont idéales pour ce type de répertoire. D'autre part, l'expérience notoire de Zappa au clavier enrichit l'expérience musicale. Ensemble, ils forment un duo solide, particulièrement évident dans les moments d'agilité et de musicalité comme " La petite bohémienne ", où les nuances du pianiste italien s'ajoutent aux agilités vocales avec des résultats plus que positifs. 

Une caractéristique typique du bel canto est le staccato des groupes de notes avec ligature, que le pianiste de Monza a exécuté avec maestria, tandis que la soprano aux origines arméniennes a imprégné de passion les thèmes qui le méritent, en particulier l'"Ariette à l'ancienne", la pièce qui donne son titre à l'album.

Sans aucun doute, ce nouvel album - également disponible sur les plateformes numériques - devient une référence pour les amateurs de Rossini, car une grande partie de la tracklist est constituée de matériel inédit ou très difficile à obtenir, tant sous forme audiovisuelle que de partition."

Stéphane Lelièvre - Première Loge

"Melody Louledjian possède l’essentiel des qualités requises par ces pages : timbre fruité, adéquation stylistique, sensibilité – et avant tout une diction très claire, rendant les paroles constamment compréhensibles. On peut compter sur l’excellent Giulio Zappa: son jeu, très présent allie musicalité, grâce, précision, et témoigne d’une belle écoute entre le pianiste et la chanteuse.  "

"Melody Louledjian possesses the essential qualities required by these pages: fruity timbre, stylistic adequacy, sensitivity - and above all a very clear diction, making the words constantly understandable. We can count on the excellent Giulio Zappa: his playing, very present, combines musicality, grace, precision, and testifies to a beautiful listening between the pianist and the singer. "

 

https://www.premiereloge-opera.com/mediatheque/cd/2022/04/28/cd-rossini-ariettes-a-lancienne-melody-louledjian-giulio-zappa-critique/

"En 1855, alors qu’il s’est retiré des scènes lyriques depuis déjà vingt ans, Rossini s’installe définitivement en France : il partagera dès lors son temps entre son appartement de la rue de la Chaussée-d’Antin à Paris et sa villa de Passy (où il meurt en 1868). C’est là qu’il composera ses ultimes chefs-d’œuvre (le Stabat mater, la Petite Messe solennelle), mais aussi une centaine de pièces pour piano et une cinquantaine de mélodies – lesquelles n’étaient nullement destinées au concert, ni même à la publication dans un premier temps. Ce n’est qu’à la fin de sa vie que le musicien décida de regrouper ces mélodies en différents recueils (quatorze en tout), tous pourvus d’un titre : « Album italiano », « Album français », « Morceaux réservés », « Album pour les enfants dégourdis » ,… C’est à l’ensemble de ces recueils que fut donné, par la suite, le nom de « Péchés de vieillesse ».

Le présent CD propose des mélodies (toutes composées sur des textes français) issues de différents recueils (le titre proposé pour l’album – « Ariettes à l’ancienne » – reprend, en le mettant au pluriel, celui de la toute première mélodie), offrant un aperçu varié et assez complet du talent de Rossini chambriste et mélodiste. Il permet de (re)découvrir certaines pages particulièrement intéressantes, telles les deux versions (très différentes ) de « Que le jour me dure / Passé loin de toi » (« Ariette à l’ancienne » et « Ariette villageoise »), ou encore « La légende de Marguerite », reprenant le motif mélodique de « Una volta, c’era un re » (Cenerentola). Ayant renoncé au « grand format » après un ultime et assez inattendu coup d’éclat (Guillaume Tell, grand opéra à la française créé en 1829), le musicien laisse désormais son génie s’exprimer dans des miniatures aussi raffinées que diversifiées et exigeantes sur le plan interprétatif.

Le raffinement, c’est souvent dans l’association de la voix et du piano qu’il faut le chercher, l’instrument se contentant rarement de simplement accompagner l’interprète : tantôt il pose le cadre de la mélodie dans une introduction évocatrice longuement développée (« L’Orpheline du Tyrol ») ; tantôt il établit un véritable dialogue avec la voix ; tantôt encore il assume à lui seul la dimension mélodique du morceau, la chanteuse se contentant de dire le texte de la mélodie… sur une seule note, comme dans les étonnants « Adieux à la vie ». On peut compter sur l’excellent Giulio Zappa, rossinien et accompagnateur émérite, pour rendre au mieux la subtilité des intentions pianistiques de Rossini : son jeu, très présent – sans que le pianiste tire pour autant la couverture à lui – allie musicalité, grâce, précision, et témoigne d’une belle écoute entre le pianiste et la chanteuse.  
L’exigence naît de la diversité des pièces : certaines sont de délicates miniatures (« Ariette à l’ancienne »), d’autres requièrent des élans quasi « opératiques ». Si la plupart d’entre elles ne nécessitent pas les prouesses belcantistes des grandes arias d’opéras, certaines demandent malgré tout une technique aguerrie, telles « L’Orpheline du Tyrol » avec ses vocalises façon « yodel », ou encore « Amour sans espoir », à la ligne vocale particulièrement tendue. Melody Louledjian possède l’essentiel des qualités requises par ces pages : timbre fruité, adéquation stylistique, sensibilité – et avant tout une diction très claire, rendant les paroles constamment compréhensibles.
Un album qui permet de compléter notre connaissance de l’œuvre du Cygne de Pesaro (à comparer avec celui publié il y a quelque temps par Maxim Mironov : Questo è Rossini !), servie par des interprètes attachants et talentueux !"

"In 1855, after twenty years of retirement from the opera scene, Rossini settled permanently in France, dividing his time between his apartment in the rue de la Chaussée-d'Antin in Paris and his villa in Passy (where he died in 1868). It was there that he composed his last masterpieces (the Stabat mater, the Petite Messe solennelle), as well as about a hundred pieces for piano and about fifty melodies - which were not intended for concert, nor even for publication at first. It was only at the end of his life that the musician decided to group these melodies in different collections (fourteen in all), all with a title: "Album italiano", "Album français", "Morceaux réservés", "Album pour les enfants dégourdis". It is to the whole of these collections that was given, thereafter, the name of "Sins of old age".

The present CD proposes melodies (all composed on French texts) from different collections (the title proposed for the album - "Ariettes à l'ancienne" - takes, by putting it in the plural, that of the very first melody), offering a varied and rather complete outline of the talent of Rossini as a chamber musician and melodist. It allows us to (re)discover some particularly interesting pages, such as the two (very different) versions of "Que le jour me dure / Passé loin de toi" ("Ariette à l'ancienne" and "Ariette villageoise"), or "La légende de Marguerite", using the melodic motif of "Una volta, c'era un re" (Cenerentola). Having renounced the "grand format" after a final and rather unexpected coup (Guillaume Tell, a grand French opera created in 1829), the musician now lets his genius express itself in miniatures that are as refined as they are diversified and demanding in terms of interpretation.

The refinement is often to be found in the association of voice and piano, the instrument rarely being content to simply accompany the performer: Sometimes it sets the framework of the melody in a long evocative introduction ("L'Orpheline du Tyrol"); sometimes it establishes a real dialogue with the voice; sometimes it assumes alone the melodic dimension of the piece, the singer being content to say the text of the melody... on a single note, as in the astonishing "Adieux à la vie". We can count on the excellent Giulio Zappa, a Rossinian and an outstanding accompanist, to render the subtlety of Rossini's pianistic intentions: his playing, very present - without the pianist pulling the rug out from under him - combines musicality, grace, and precision, and testifies to a beautiful listening between the pianist and the singer.  

The requirement arises from the diversity of the pieces: some are delicate miniatures ("Ariette à l'ancienne"), others require almost "operatic" impulses. If most of them do not require the Belcanto prowess of the great opera arias, some of them nevertheless require a seasoned technique, such as "L'Orpheline du Tyrol" with its "yodel" style vocalizations, or "Amour sans espoir", with its particularly tense vocal line. Melody Louledjian possesses most of the qualities required by these pages: fruity timbre, stylistic adequacy, sensitivity - and above all a very clear diction, making the words constantly understandable.

An album that allows us to complete our knowledge of the work of the Swan of Pesaro (to be compared with the one published some time ago by Maxim Mironov: Questo è Rossini!), served by endearing and talented performers!"

Concerto.net

"Les interprètes abordent avec goût, panache et conviction."

"The performers approach with taste, panache and conviction."

 

http://www.concertonet.com/scripts/edito.php?ID_edito=605#signet102

"Dans cet album « Ariettes à l’ancienne. French Songs », la soprano et son accompagnateur, le dynamique pianiste Giulio Zappa, s’intéressent à l’inspiration française du jeune « retraité » des scènes d’opéra. Le compositeur brille moins par le choix des auteurs et des textes que par la qualité (et la difficulté) de ces pièces qui visent avant tout à mettre la voix en valeur ou à divertir, et que les interprètes abordent avec goût, panache et conviction."

"In this album "Ariettes à l'ancienne. French Songs", the soprano and her accompanist, the dynamic pianist Giulio Zappa, are interested in the French inspiration of the young "retiree" from the opera stage. The composer shines not so much in the choice of authors and texts as in the quality (and difficulty) of these pieces, which aim above all to enhance the voice or to entertain, and which the performers approach with taste, panache and conviction."

 

Laurent Bury - Wanderer

"Délicatement accompagnée par le pianiste Giulio Zappa, Melody Louledjian s’en tire avec panache: une diction limpide et naturelle, et avec une parfaite intelligence du texte. La voix est assurée d’un bout à l’autre de la tessiture, certaines pages donnant à entendre de belles plongées dans le grave ou se concluant par des suraigus brillants. La soprano française d’origine arménienne est actuellement en pleine possession de ses moyens, et elle peut s’appuyer sur un parcours déjà riche de rôles extrêmement variés, tout en possédant la virtuosité nécessaire à ces pages parfois exigeantes."

"Delicately accompanied by pianist Giulio Zappa, Melody Louledjian pulls it off with panache: a limpid and natural diction, and with a perfect intelligence of the text. The voice is assured from one end of the tessitura to the other, some pages giving us the opportunity to hear beautiful plunges in the low register or concluding with brilliant high notes. The French soprano of Armenian origin is currently in full possession of her means, and she can rely on an already rich career of extremely varied roles, while possessing the virtuosity necessary for these sometimes demanding pages."

 

https://wanderersite.com/2022/05/dans-le-rossini-tout-est-bon/

"Rares sont les chanteuses françaises à s’être jusqu’ici frottées aux mélodies écrites par Rossini dans les dernières années de sa vie. Écrites dans la langue de Molière, ces Ariettes à l'Ancienne n’en font pas moins appel à une virtuosité typique de l’opéra tel que le compositeur italien l’avait pratiquée durant la première partie de sa carrière. Melody Louledjian s’en tire avec panache dans un disque entièrement dédié à ces « péchés de vieillesse ».

On hésite entre plusieurs comparaisons possibles, dûment validée par la sagesse populaire. La première manque de noblesse, mais conviendrait bien à celui qui fut un éminent gastronome et auquel diverses recettes restent associées à plus ou moins juste titre : de même que « Tout est bon dans le cochon », il n’y a rien à jeter dans le Rossini, et même les extrémités de sa production méritent la plus attentive des oreilles. Mais en prononçant ce mot de production, on songe à une autre formule, émanant du grand Lavoisier : « Dans la nature, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Et de fait, telle est l’impression que pourra avoir à plusieurs reprises le mélomane, surpris de reconnaître plus d’un passage familier, à l’écoute du disque Ariettes à l’ancienne, dans lequel la soprano Melody Louledjian a réuni une quinzaine de pièces vocales du dernier Rossini.

Car même après Guillaume Tell (qui aurait dû être suivi de plusieurs autres opéras déjà commandés par l’Académie royale de musique, si la révolution de 1830 n’en avait décidé autrement), le « compositeur paresseux » ne se résigna pas à une oisiveté totale. Et même dans ses dernières années, il laissa quelque cent cinquante pièces composées entre 1857 et 1868, réparties en quatorze albums (six de pièces vocales, huit de pièces instrumentales). Cultivant la dérision, Rossini y anticipe franchement Erik Satie par le choix de ses titres : Quatre hors‑d’œuvre pour piano (Les Radis, les Anchois, les Cornichons, le Beurre) ou Fausse couche de polka mazurka, également pour piano ; Chœur des chasseurs démocrates, pour chœur masculin, tambour et tam-tam, ou Canon antisavant à trois voix…

Pour qui veut s’intéresser à Rossini en dehors de ses opéras, la matière ne manque donc pas. Il y a largement de quoi élaborer plus d’un programme de récital, et certains artistes y avaient avec raison picoré. On songe évidemment à Cecilia Bartoli, qui avait gravé un certain nombre de ces airs (dont « L’Orpheline du Tyrol » et « La Grande Coquette ») dans un album déjà assez ancien, Rossini Recital sorti chez Decca en 1991. L’année suivante, Thomas Hampson incluait notamment « La Chanson du bébé » dans son récital Meyerbeer-Rossini chez EMI, Opera Rara de son côté ayant fait paraître en 2009 un album intitulé Rossini Songs où ces airs, en français pour la plupart, étaient interprétés par une équipe anglo-saxonne, en partie composée de rossiniens (Lawrence Brownlee, Jennifer Larmore), accompagnée au piano par Malcolm Martineau, ensemble très British où Mireille Delunsch semblait comme égarée.

Autrement dit, sans véritablement contenir d’inédit au disque, le récital de Melody Louledjian n’a néanmoins rien de redondant, et ces mélodies ont rarement été enregistrées par des francophones. C’est donc l’occasion de les entendre enfin sans accent exotique, dans une diction limpide et naturelle, et avec une parfaite intelligence du texte. La voix est assurée d’un bout à l’autre de la tessiture, certaines pages donnant à entendre de belles plongées dans le grave ou se concluant par des suraigus brillants. La soprano française d’origine arménienne est actuellement en pleine possession de ses moyens, la chose mérite d’être précisée car les mélodies de Rossini ont parfois été abordées par des artistes en tout début de carrière (on peut penser à Bartoli mentionnée plus haut). Melody Louledjian peut s’appuyer sur un parcours déjà riche de rôles extrêmement variés, tout en possédant la virtuosité nécessaire à ces pages parfois exigeantes.

En effet, bien qu’il s’agisse de mélodies de salon, Rossini ne renonce en rien à ses habitudes et exige des prouesses comparables à celles qu’il attendait des chanteurs d’opéra. Parfois, même, comme dans le cas de la « Chanson de Zora (La petite bohémienne) », l’accumulation de vocalises n’est pas sans évoquer « Glitter and Be Gay », l’air de Cunégonde dans Candide où Bernstein s’amusait justement à parodier une certaine musique du XIXe siècle. Chez Rossini, l’intention moqueuse est flagrante dans « La Grande Coquette », avec ces brusques sauts sans lien avec le sens, uniquement introduits pour refléter le côté rococo du sujet. Les références au Tyrol ou à l’Espagne sont bien sûr là pour favoriser l’introduction d’acrobaties vocales. Les « Adieux à la vie » vont dans le sens opposé, en se contentant de répéter inlassablement une seule et même note. Par ailleurs, certaines pages frappent par leur dépouillement, comme si le compositeur baissait parfois le masque de l’ironiste et se contentait d’illustrer avec sincérité le sens de ces poèmes souvent larmoyants et mélodramatiques. La plupart des poèmes mis en musique par Rossini sont dus à son ami Emilien Pacini (1811–1898), auquel ses fonctions de censeur dramatique au ministère de l’Intérieur laissait assez de loisirs pour taquiner la muse : on lui doit plusieurs livrets d’opéra, et notamment la version française du Freischütz adaptée par Berlioz, ainsi que celle du Trouvère.

Et bien évidemment, comme nous le disions plus haut, Rossini pratiquait alors le recyclage comme il l’avait toujours fait : c’est particulièrement flagrant avec « La légende de Marguerite », qui reprend quasi note pour note « Una volta c’era un re » de La Cenerentola et en adapte même le sujet, puisque le texte dû à « N. Cimbal » évoque lui aussi le triomphe de la bonté.

Délicatement accompagnée par le pianiste Giulio Zappa, Melody Louledjian sait varier les climats, passant de la simplicité des toutes premières plages du disque, composées sur le même poème de Jean-Jacques Rousseau (Rossini aimait se livrer à ce genre d’exercice, et l’on sait qu’il s’amusa à proposer huit versions différentes du même texte de Métastase pour l’opera seria Siroe, « Mi lagnerò tacendo ») à la superbe déployée dans d’autres. Pudique dans les mélodies les plus sobres, la soprano a l’intelligence de ne pas rajouter de clins d’œil superflus dans celles où l’humour est déjà bien suffisamment évident. Et c’est sans basculer dans la caricature qu’elle termine sur « La chanson du bébé » qui mêle à un goût régressif pour le pipicaca quelques allusions aux vedettes offenbachiennes de l’époque, Hortense Schneider et Térésa."

Few French singers have yet tried their hand at the melodies written by Rossini in the last years of his life. Written in the language of Molière, these Ariettes à l'Ancienne nevertheless call for a virtuosity typical of opera as the Italian composer had practiced it during the first part of his career. Melody Louledjian pulls it off with panache in a disc entirely dedicated to these "sins of old age".

One hesitates between several possible comparisons, duly validated by popular wisdom. The first lacks nobility, but would be well suited to the man who was an eminent gastronome and to whom various recipes remain associated, more or less rightly: just as "Everything is good in the pig", there is nothing to throw away in Rossini, and even the extremities of his production deserve the most attentive of ears. But by pronouncing this word of production, one thinks of another formula, emanating from the great Lavoisier: "In nature, nothing is lost, nothing is created, everything is transformed". And indeed, such is the impression that the music lover may have on several occasions, surprised to recognize more than one familiar passage, when listening to the disc Ariettes à l'ancienne, in which the soprano Melody Louledjian has brought together about fifteen vocal pieces by the last Rossini.

For even after Guillaume Tell (which should have been followed by several other operas already commissioned by the Royal Academy of Music, if the revolution of 1830 had not decided otherwise), the "lazy composer" did not resign himself to total idleness. And even in his last years, he left some one hundred and fifty pieces composed between 1857 and 1868, divided into fourteen albums (six of vocal pieces, eight of instrumental pieces). Cultivating derision, Rossini frankly anticipates Erik Satie by the choice of his titles: Four hors d'oeuvres for piano (Les Radis, les Anchois, les Cornichons, le Beurre) or Fausse couche de polka mazurka, also for piano; Chœur des chasseurs démocrates, for male choir, drum and tam-tam, or Canon antisavant à trois voix...

For those who are interested in Rossini outside of his operas, there is no lack of material. There is more than enough material to elaborate a recital program, and some artists have rightly picked from it. One thinks of Cecilia Bartoli, who had recorded a certain number of these arias (including "L'Orpheline du Tyrol" and "La Grande Coquette") in an already quite old album, Rossini Recital released by Decca in 1991. The following year, Thomas Hampson included "La Chanson du bébé" in his Meyerbeer-Rossini recital on EMI, Opera Rara having released in 2009 an album entitled Rossini Songs in which these arias, mostly in French, were performed by an Anglo-Saxon team, partly composed of Rossinians (Lawrence Brownlee, Jennifer Larmore), accompanied at the piano by Malcolm Martineau, a very British ensemble in which Mireille Delunsch seemed as if she was lost.

In other words, without really containing anything new on the disc, Melody Louledjian's recital is nevertheless not redundant, and these melodies have rarely been recorded by French speakers. It is thus the occasion to hear them at last without exotic accent, in a limpid and natural diction, and with a perfect intelligence of the text. The voice is assured from one end of the tessitura to the other, some pages giving us the opportunity to hear beautiful plunges in the low register or concluding with brilliant high notes. The French soprano of Armenian origin is currently in full possession of her abilities, which is worth mentioning because Rossini's melodies have sometimes been performed by artists at the very beginning of their careers (Bartoli, mentioned above, comes to mind). Melody Louledjian can rely on an already rich career of extremely varied roles, while possessing the virtuosity necessary for these sometimes demanding pages.

Indeed, although these are salon melodies, Rossini does not abandon his habits and demands prowess comparable to that which he expected from opera singers. Sometimes, even, as in the case of "Zora's Song (The Little Bohemian)", the accumulation of vocalises is not without evoking "Glitter and Be Gay", Cunégonde's aria in Candide where Bernstein was having fun parodying a certain 19th century music. In Rossini's "La Grande Coquette", the mocking intention is blatantly obvious, with these sudden jumps that have no connection with the meaning, introduced only to reflect the rococo aspect of the subject. The references to Tyrol or Spain are of course there to favor the introduction of vocal acrobatics. The "Farewell to life" goes in the opposite direction, by simply repeating the same note over and over again. In addition, some pages are striking in their simplicity, as if the composer sometimes dropped the mask of the ironist and was content to illustrate with sincerity the meaning of these often maudlin and melodramatic poems. Most of the poems set to music by Rossini are due to his friend Emilien Pacini (1811-1898), whose functions as dramatic censor at the Ministry of the Interior left him enough leisure to tease the muse: we owe him several opera librettos, notably the French version of Freischütz adapted by Berlioz, as well as that of Le Trouvère.

And of course, as we said above, Rossini practiced recycling as he had always done: this is particularly obvious with "La légende de Marguerite", which takes almost note for note "Una volta c'era un re" from La Cenerentola and even adapts the subject, since the text due to "N. Cimbal" also evokes the triumph of goodness.

Delicately accompanied by pianist Giulio Zappa, Melody Louledjian knows how to vary the moods, going from the simplicity of the very first tracks of the disc, composed on the same poem by Jean-Jacques Rousseau (Rossini liked to indulge in this kind of exercise, and it is known that he amused himself by proposing eight different versions of the same text by Metastasius for the opera seria Siroe, "Mi lagnerò tacendo") to the superb display in others. Pudique in the most sober melodies, the soprano has the intelligence not to add superfluous winks in those where the humor is already quite obvious. And it is without falling into caricature that she ends with "La chanson du bébé" which mixes a regressive taste for pipicaca with a few allusions to the Offenbachian stars of the time, Hortense Schneider and Teresa.

 

 

Pizzicato

"Mit sinnlicher Frische ihres Timbres und technischer Meisterschaft zeigt sie ihr Können. An ihrer Seite begleitet Giulio Zappa die Stimme adäquat ab und unterstützt die Sängerin aufmerksam."

"With sensual freshness of her timbre and technical mastery she shows her skills. At her side, Giulio Zappa adequately accompanies the voice and attentively supports the singer."

"Avec la fraîcheur sensuelle de son timbre et sa maîtrise technique, elle montre son savoir-faire. À ses côtés, Giulio Zappa accompagne la voix de manière adéquate et soutient la chanteuse avec attention."

 

https://www.pizzicato.lu/die-junge-stimme-fur-die-sunden-des-alters/

​"Nach seiner letzten Oper Wilhelm Tell hat Rossini nicht etwa geschwiegen, wie es manchem erscheinen mag, sondern er widmete sich anderen Genres, wie dem Lied. Dabei war er auch frei von äußeren Zwängen wie dem, den Geschmack des Publikums oder von Opernintendanten bedienen zu müssen. In diesen späten Jahren sind auch die hier vorgestellten französischen Lieder entstanden. Die Texte stammen vor allem von Emile Deschamps, Emilien Pacini und Jean-Jaques Rousseau. Der Bühne mag er insofern treu geblieben sein, als sich Maskeraden in etlichen Liedern finden.

Die junge französische Sopranistin Melody Louledjian ist bisher vor allem im Opernrepertoire aufgefallen. Mit Liedern bietet sie eine weitere Facette an. Mit sinnlicher Frische ihres Timbres und technischer Meisterschaft zeigt sie ihr Können. Dabei gefällt, dass sie die Lieder genauso behandelt wie nötig, nämlich nicht zu schwer und pastos. Mit ihrer leichten Stimme kann sie keck und mit bezaubernden Farben agieren. Mit Textverständlichkeit zeigt sie ein Bild des Alltags, in das auch die Sterblichkeit mit zartem Humor passt. Manche Finesse der Gestaltung wird sie sicherlich während ihrer Laufbahn noch sublimer herausfeilen können.

An ihrer Seite begleitet Giulio Zappa diese Musik auf den Klaviertasten. Er bildet die Stimme adäquat ab und unterstützt die Sängerin aufmerksam."

 

"After his last opera William Tell, Rossini did not remain silent, as it may seem to some. Instead, he devoted himself to other genres, such as the Lied. In doing so, he was also free of external constraints such as having to serve the taste of the audience or opera directors. The French songs presented here were also written in these late years. The texts are mainly by Emile Deschamps, Emilien Pacini and Jean-Jaques Rousseau. He may have remained faithful to the stage in that masquerades are found in quite a few songs.

The young French soprano Melody Louledjian has so far attracted attention mainly in the opera repertoire. With songs she offers another facet. With sensual freshness of her timbre and technical mastery she shows her ability. What pleases is that she treats the songs just as necessary, namely not too heavy and pasty. With her light voice she can act perky and with enchanting colors. With text comprehensibility she shows a picture of everyday life, in which even mortality fits with tender humor. Some of the finesse of the interpretation she will surely be able to polish even more sublimely during her career.

At her side Giulio Zappa accompanies this music on the piano keys. He adequately reproduces the voice and attentively supports the singer."

"Après son dernier opéra, Guillaume Tell, Rossini ne s'est pas tu, comme certains pourraient le croire, mais il s'est consacré à d'autres genres, comme le lied. Ce faisant, il était également libre de toute contrainte extérieure, comme celle de devoir répondre aux goûts du public ou des directeurs d'opéra. Les chansons françaises présentées ici ont également vu le jour durant ces dernières années. Les textes proviennent principalement d'Emile Deschamps, d'Emilien Pacini et de Jean-Jaques Rousseau. Il est peut-être resté fidèle à la scène dans la mesure où l'on retrouve des mascarades dans plusieurs chansons.

La jeune soprano française Melody Louledjian s'est jusqu'à présent surtout fait remarquer dans le répertoire d'opéra. Avec les lieder, elle offre une autre facette. Avec la fraîcheur sensuelle de son timbre et sa maîtrise technique, elle montre son savoir-faire. On apprécie qu'elle traite les romances comme il se doit, c'est-à-dire sans les alourdir ni les rendre trop pâteux. Avec sa voix légère, elle peut agir avec audace et des couleurs enchanteresses. Avec une bonne compréhension du texte, elle présente une image du quotidien dans laquelle la mortalité s'inscrit avec un humour délicat. Elle pourra certainement peaufiner de manière encore plus sublime certaines finesses de la mise en scène au cours de sa carrière.

À ses côtés, Giulio Zappa accompagne cette musique sur les touches du piano. Il reproduit la voix de manière adéquate et soutient la chanteuse avec attention."

 

​Elodie Martinez - OperaOnline

"Melody Louledjian offre un chant parfaitement maîtrisé, délicat, subtil, s’apprêtant à chaque texte d’une couleur unique qui lui sied au mieux, complété par celle de Giulio Zappa qui rend parfaitement les intentions du compositeur au piano."

"Melody Louledjian offers a perfectly mastered, delicate, subtle singing, priming herself to each text with a unique color that suits her best, complemented by that of Giulio Zappa who perfectly renders the composer's intentions on the piano."

 

https://www.opera-online.com/fr/columns/elodie/chronique-dalbum-ariettes-a-lancienne-de-melody-louledjian

"Après son premier disque lyrique, Fleurs, paru il y a un petit peu plus d’un an, la soprano Melody Louledjian revient cette année avec un nouvel enregistrement chez Klarthe, intitulé Ariettes à l’ancienne. Accompagnée par Giulio Zappa, la jeune cantatrice y reprend des mélodies de Rossini, toutes sur des textes français et pour la plupart assez méconnues. Avec ce nouveau disque, la cantatrice nous offre « quinze petits bijoux », qui sont « tels quinze miniatures ornant le salon d’un vieil homme, minuscules mais pleinement chargées de sens, de souvenirs et d’émotions. Tantôt intimes ou vulnérables (…), tantôt exotiques ou ensoleillés (…), tantôt provocateurs ou exubérants (…), ces Péchés de Vieillesse (…) nous emmènent avec éclat, ombres et lumière, aux confins des terres rossiniennes ».

« La découverte de l’existence de toutes ces Romances en français fut une merveilleuses surprise », confie Melody Louledjian dans les premières lignes qu’elle signe du livret – par ailleurs instructif et très intéressant à lire. Une présentation qui met l’accent sur les intérêts du programme : le fait que ces œuvres demeurent rares, bien sûr, mais aussi qu’elles « donnent accès à d’autres facettes du compositeurs », ou encore les intérêts expressifs et vocaux avec la recherche des « mêmes rondeur et homogénéité d’émission vocale dans le français que dans l’italien, langue de prédilection du Belcanto ». Une recherche au résultat plus que concluant !

L’origine de cet enregistrement remonte finalement à dix ans, lorsque Melody Louledjian et Giulio Zappa se rencontrent au Grand Théâtre de Bordeaux, lors d'une production d’un opéra de Rossini, et qu’un coup de foudre amical et musical les unit immédiatement. Après s’être retrouvés régulièrement à la ville comme à la scène, ils décident pour leur première collaboration discographique d’opter pour « un programme incarnant l'histoire de leur rencontre, celle de deux cultures linguistiques, stylistiques et musicales : les Romances pour voix et piano de Rossini sur des poèmes en français ». La première de ces pépites rossiniennes, Ariette à l’ancienne, donne ainsi son nom à l’ensemble du disque après un rapide passage au pluriel. Cette première écoute est par ailleurs étroitement liée à la seconde, puisque le texte de Rousseau demeure le même entre l’Ariette à l’ancienne et l’Ariette villageoise, tandis que l’oreille reconnaît dans La légende de Marguerite le motif de « Una volta, c’era un re » (extrait de La Cenerentola), ce qui offre naturellement un très beau moment d’écoute.

L’Orpheline du Tyrol qui suit se distingue également car elle laisse entendre une introduction au piano assez développée, permettant d’apprécier la douceur du doigté de Giulio Zappa, mais aussi l’exercice vocal auquel se prête Melody Louledjian, avec ces vocalises particulières. D’autres mélodies laissent également entendre une introduction qui laisse place au talent du pianiste, comme La Grande Coquette (Ariette Pompadour), où le piano accompagne tout en suivant parfois sa propre ligne le chant qui résonne un peu comme un air d’opéra. Quant aux deux derniers titres, Le Dodo des enfants et La Chanson du bébé, ils sonnent comme un appel à l’enfance. Qu’on ne s’y trompe pas cependant : la partition musicale du Dodo des enfants n’est qu’un masque pour cacher la tragédie de la berceuse de cette mère qui espère que son fils survivra à cette nuit et se réveillera bien le lendemain. La Chanson du bébé, pour sa part, s’avère plus léger pour clore l’écoute… du moins en surface, car on peut se demander si ce bébé n’est pas Rossini lui-même, entre vocabulaire régressif et référence à Barbe-Bleue, Hortense Schneider et Emma Thérésa Valadon.

Les découvertes se succèdent donc, entre amour, nostalgie, mini-tragédies (Au Chevet d’un mourant ou Adieux à la vie (Elégie sur une seule note)), ténèbres ou lumière, vie et mort. Quel que soit le chemin emprunté par le texte et la musique, Melody Louledjian offre un chant parfaitement maîtrisé, délicat, subtil, s’apprêtant à chaque texte d’une couleur unique qui lui sied au mieux. Bien que caméléon, sa voix demeure unie et conserve une identité toujours propre à l’artiste, complétée par celle de Giulio Zappa qui rend parfaitement les intentions du compositeur au piano.

Ce second disque s’avère donc une nouvelle réussite, un nouveau bouquet qui vient s’ajouter à la promenade florale déjà proposée avec Fleurs, plein de surprises et d’un intérêt certain. Une jolie découverte qui, espérons-le, ouvrira la voix à ce champs/chant des possibles rossiniens ouvert par Melody Louledjian et Giulio Zappa."

After her first lyric recording, Fleurs, released a little more than a year ago, the soprano Melody Louledjian returns this year with a new recording for Klarthe, entitled Ariettes à l'ancienne. Accompanied by Giulio Zappa, the young singer covers Rossini's melodies, all on French texts and mostly unknown. With this new recording, the singer offers us "fifteen little jewels", which are "like fifteen miniatures adorning the living room of an old man, tiny but fully charged with meaning, memories and emotions. Sometimes intimate or vulnerable (...), sometimes exotic or sunny (...), sometimes provocative or exuberant (...), these Sins of Old Age (...) take us with brilliance, shadows and light, to the confines of the Rossinian lands".

"The discovery of the existence of all these Romances in French was a wonderful surprise", confides Melody Louledjian in the first lines she signs of the booklet - which is also instructive and very interesting to read. A presentation that emphasizes the interests of the program: the fact that these works remain rare, of course, but also that they "give access to other facets of the composer", or the expressive and vocal interests with the search for "the same roundness and homogeneity of vocal emission in French as in Italian, Belcanto's preferred language". A research with more than conclusive results!

The origins of this recording go back ten years, when Melody Louledjian and Giulio Zappa met at the Grand Théâtre de Bordeaux, during a production of a Rossini opera, and a friendly and musical love at first sight united them. After having met regularly in the city as well as on stage, they decided for their first recording collaboration to opt for "a program embodying the history of their meeting, that of two linguistic, stylistic and musical cultures: Rossini's Romances for voice and piano on French poems". The first of these Rossinian nuggets, Ariette à l'ancienne, gives its name to the whole disc after a quick passage in the plural. This first listening is moreover closely linked to the second, since Rousseau's text remains the same between the Ariette à l'ancienne and the Ariette villageoise, while the ear recognizes in La légende de Marguerite the motif of "Una volta, c'era un re" (extract from La Cenerentola), which naturally offers a very beautiful moment of listening.

The Orphan of Tyrol that follows also stands out because it lets us hear a piano introduction quite developed, allowing us to appreciate the softness of Giulio Zappa's fingering, but also the vocal exercise to which Melody Louledjian lends herself, with these particular vocalizations. Other melodies also let us hear an introduction that leaves room for the pianist's talent, such as La Grande Coquette (Ariette Pompadour), where the piano accompanies while sometimes following its own line the song that sounds a bit like an opera aria. As for the last two titles, Le Dodo des enfants and La Chanson du bébé, they sound like a call to childhood. But make no mistake: the musical score of Le Dodo des enfants is only a mask to hide the tragedy of the lullaby of this mother who hopes that her son will survive this night and wake up well the next day. The Baby's Song, for its part, turns out to be lighter to close the listening... at least on the surface, because one can wonder if this baby is not Rossini himself, between regressive vocabulary and reference to Bluebeard, Hortense Schneider and Emma Thérésa Valadon.

The discoveries follow one another, between love, nostalgia, mini-tragedies (Au Chevet d'un mourant or Adieux à la vie (Elégie sur une seule note)), darkness or light, life and death. Whatever the path taken by the text and the music, Melody Louledjian offers a perfectly mastered, delicate, subtle singing, adapting to each text with a unique color that suits her best. Although a chameleon, her voice remains united and retains an identity that is always unique to the artist, complemented by that of Giulio Zappa who perfectly renders the composer's intentions on the piano.

This second disc is therefore a new success, a new bouquet that comes to add to the floral walk already proposed with Fleurs, full of surprises and of a certain interest. A nice discovery which, let's hope, will open the way to this field/chant of Rossinian possibilities opened by Melody Louledjian and Giulio Zappa.
Scène Magazine, Pierre Jaquet

"Dès les premiers instants, l’auditeur se sent en bonne compagnie. L’interprétation est scintillante et tonique ; elle fait du bien au sortir d’une période de pandémie ! Le pianiste de Giulio Zappa, accompagnateur sensible, sait se mettre au service de sa partenaire ; se plaçant en retrait, il lui évite de devoir forcer le trait.
La voix fraîche virevolte, s’exprime sans effort, dans une diction optimale. Le timbre renvoie aussi aux univers ensoleillé de Bizet et de Ofenbach. Si la distinction pare les Melody, l’affection ne transparaît jamais. C’est peut-être dans les pages hispanisantes que l’oreille est le plus accroché : on se prend à rêver d’un disque d’air gitan et espagnol… Mais certaines inflexion de la voix invite à aller plus loin encore… Vers le blues !
La couleur est un autre trait distinctif. Melody et louledjian dessine pour chaque numéro un tableau vivant, empreints de théâtralité (« Nizza »). Installé dans son salon, l’auditeur ne peut manquer de voir la cantatrice jouer ses textes. Et c’est avec humour que se clôt le cycle avec « La chanson du bébé »!"

"From the very first moments, the listener feels in good company. The interpretation is scintillating and invigorating; it is good to come out of a period of pandemic! Giulio Zappa's pianist, a sensitive accompanist, knows how to put himself at the service of his partner; placing himself in the background, he avoids having to force the line.
The fresh voice twirls, expresses itself without effort, in an optimal diction. The timbre also refers to the sunny universe of Bizet and Ofenbach. If distinction adorns the Melody, affection never shines through. It is perhaps in the Hispanic pages that the ear is most hooked: one takes oneself to dream of a record of gypsy and Spanish air... But certain inflections of the voice invite to go further still... Towards the blues!
The color is another distinctive feature. Melody and Louledjian draws for each number a living picture, imbued with theatricality ("Nizza"). Installed in his living room, the listener can not fail to see the singer play his texts. And it is with humor that the cycle ends with "La chanson du bébé"!"

logo 1 ML blanc&tres noir.png